Catégories
Actualité

“Médine France” : engagement nouvelle formule

Ce 13 Mai 2022, Médine a sorti son huitième album intitulé Médine France. Comme son nom le suggère, on trouve dans cet opus l’engagement qui a fait la réputation du rappeur du Havre. Mais le Normand y a mis les formes pour que son discours soit audible pour le plus grand nombre. Chronique d’un album qui atteste de l’évolution du rappeur à la barbe.

Les premières années de la carrière de Médine n’ont pas été de tout repos. En effet, ses propos sans retenu envers les institutions lui ont valu de nombreuses polémiques. Et le fait d’assumer sa religion musulmane, on fait de Médine, une figure qui cristallise. Depuis de nombreuses années, le natif du Havre est qualifié, à tort, de rappeur salafiste, intégriste ou ultra-réactionnaire, par des personnalités et politiques de droite. Son franc-parler a toujours dérangé. Il est vrai que lorsqu’il s’agit d’être dans la provoque, le rappeur n’a pas froid aux yeux. Mais tout cela était une démarche très réfléchi du rappeur.

Une personnalité qui dérange

Déjà, avec son crâne rasé et sa longue barbe fournie, Médine renvoyait une image qui ne plaisait guère à la majorité. Sa musique brute servi par des textes acerbes n’est pas conçu pour faire l’unanimité. Profondément engagé, voir politisé, Médine a toujours contrarié les autorités à cause de ses prises de position. Il est clair qu’un artiste qui évoque le traitement des musulmans en France, le passé colonial de la France en Algérie et en Afrique, ou encore le conflit israelo-palestinien, n’a rien de politiquement correct. 

À croire, que certains préfèrent que le rap entretienne une image de mecs de quartiers sans aucune réflexion, fascinés par la violence et la drogue. Il ne faudrait surtout pas que des rappeurs aident leur public à s’instruire ou à réfléchir par eux-mêmes. On ne compte plus le nombre de titres marquants du Havrais dans lesquels ils dénoncent le racisme latent, l’islamophobie, ou la politique de notre pays. Un des premiers exemples nous venant à l’esprit est le morceau « 17 Octobre », un storytelling glaçant, mais nécessaire sur le massacre d’Algériens à Paris. 

Le fond reste, la forme évolue

Malgré cette image un peu ternie auprès du grand public, Médine s’est construit en 18 ans de carrière, une belle réputation et surtout une fan-base solide. Il n’hésite pas à les appeler les “convaincus”. Tous ses ingrédients lui ont permis d’avoir succès d’estime incontestable. Mais comme il le concédait lui-même dans le reportage « Médine Normandie » diffusé sur France tv Slash, à 39 ans, il aspire enfin à une vraie reconnaissance commerciale. Avec Médine France, il continue l’évolution déjà perceptible dans Grand Médine, son précédent opus, paru en 2020.

Cover de ” Médine France “

Le fond est toujours présent. Les prises de positions également, même si elles paraissent un peu moins radicales. Le premier extrait éponyme est là pour nous rappeler que Médine reste un rappeur que l’on peut étiqueter comme conscient. Et avec de la mémoire. Preuve en est le superbe « Grenier à seum » dans lequel il parle de toutes les tribulations qui ont jalonné sa carrière. D’autres morceaux comme « Médicis » ou « Heureux comme un arabe en France » attestent que l’envie de dénoncer est encore là. De toute façon, ce n’est pas tant sur le fond que le rappeur a évolué. C’est surtout dans la forme. 

En effet, le Havrais semble avoir pris conscience que le rap français a évolué musicalement. D’ailleurs, il dédicace une grande partie de cette nouvelle génération de rappeurs sur le morceau « La France au rap français », comme un symbole d’ouverture. Surtout, il a pris conscience que s’il veut enfin empiler les certifications, il doit lui aussi suivre la tendance. C’est donc ainsi qu’il a décidé d’enjoliver l’enveloppe de ses discours engagés. Par exemple, sur « Allons zenfants », il chantonne avec une voix sobrement autotunée ses propos revendicatifs. Il utilise la même recette sur « Ratata ». 

Un album plus personnel

L’autre grande nouveauté de cet album, c’est son côté hyper personnel, même introspectif. Médine y parle beaucoup de lui, tout en gardant une certaine pudeur. Le fait de retrouver la carte d’identité du rappeur comme seule illustration sur la cover n’est manifestement pas anodine. La présence de ce document très personnel suggère une certaine mise à nu de la part de l’artiste, tout en symbolisant son appartenance à la France. Comme s’il en avait assez qu’on le catalogue comme le représentant ou le porte-parole d’associations. Dans cet album, Médine parle donc de sa personne, de sa propre vision du monde et se livre même à une déclaration d’amour sur le titre « Houri ». Et puisqu’il a voulu « Médine France » plutôt intimiste, le rappeur est seul à bord sur les 14 pistes. 

Dans sa démarche nouvelle, le rappeur a confié l’ambiance musicale à différents beatmakers. On y retrouve entre autres Général, Jedi Prod, Junior Alaprod, Kaonefy, Karmen Rose, Le Motif, Make A Meal, ME6 ou encore Redzol. Un panel de producteurs qui témoigne de l’envie de Médine de proposer des sonorités qui plaisent à un large public.

Les suiveurs de la première heure seront peut-être décontenancés par ces innovations. Mais puisque son public de “convaincus” est déjà acquis à sa cause, ce ne sera pas un réel problème. Les nouveaux auditeurs eux apprécieront sûrement cet album plutôt homogène dans lequel Médine allie le fond et la forme. Du son made in Le Havre, du son Médine France.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *