Catégories
Coup de coeur

Sch, A7: Entrée sur l’autoroute du succès

Parfois, on réussit un coup de maitre a son premier essai. On appelle ça la chance du débutant. Sch lui a frappé fort dès son premier projet. Coup de chance ou Coup de génie? Aucun des deux, il ne doit cette réussite qu’à son travail et sa persévérance. 6 ans après sa sortie, revenons sur A7, le projet par lequel Sch est entré sur l’autoroute du succès.

Au milieu de la décennie 2010, le rap français est en pleine mutation. Le streaming est définitivement installé. Les têtes d’affiches que sont Kaaris, B2O ou Lino sont en pleine forme. Dans le même temps, on assiste à l’explosion de nouvelles têtes comme Nekfeu (en solo), Vald et bien sûr PNL. Le public est avide de nouveauté. En novembre 2015, un rookie avec son premier projet vient satisfaire ces auditeurs. 

A la conquête du rap français 

Avec A7, Sch chamboule le rap francophone déjà en pleine révolution. Pourtant, le “S” n’est pas un réel débutant. Il gratte et sort déjà plus ou moins confidentiellement des sons depuis plusieurs années. Mais sans grand succès malheureusement. Il manquait un truc pour faire exploser le potentiel de celui que Lacrim prendra sous son aile.

Sch – A7

Pour se démarquer et conquérir le rap game, Sch s’est forgé un personnage et un univers qu’il développe sur A7. Cet univers est assez incroyable. Celui d’une apprentie rockStar à la « John Lennon » qui est fan d’histoire de gangsters et de mafieux italiens. Tout au long de la mixtape, on le suit dans un go fast sur l’autoroute A7. Dans le coffre de son gamos, il y a le rap français qu’il a fracassé à grand coup de crosse de « Fusil » et de lyrics ciselés. 

Sch revient de loin. Son parcours est parsemé d’embûches. Il n’a pas toujours eu que des bonnes idées, mais celle de réussir dans le rap est fixe depuis plusieurs années. Il veut réaliser son « Rêve de gosse ». Le rap français, s’il respire encore, ne sortira du coffre que quand le rappeur d’Aubagne aura son appart sur les « Champs Elysées ». 

Si vous souhaitez en savoir plus sur le cheminement de Sch vers le succès, on vous conseille l’excellent documentaire du Youtubeur “Viens on discute” lui avait consacré.

Direction artistique soignée

Avoir des intentions, c’est une chose. Les mettre en œuvre en est une autre. Et seul, même avec un talent inné, cela reste compliqué de conquérir le monde… Alors, Sch s’est entouré et plutôt très bien. En effet, on retrouve Kore à la réalisation de A7 qui peaufine le concept du personnage SCH. Il produit également la deuxième moitié de la mixtape. Cette moitié de l’album contient des morceaux qui resteront dans les mémoires comme « Champs Élysées » ou « Fusil ». C’est la partie du projet plus mélodieuse et liquoreuse que la première.

Cette moitié initiale, de « John Lennon » à « Mauvaises idées » est l’œuvre du Katrina Squad de Guilty. On y ressent déjà les prémices de ce que sera le futur classique JVLIVS. Les sonorités particulières choisi par Guilty viennent parfaitement mettre en valeur les textes teintées d’atmosphère criminelle et sombre du rappeur. L’alchimie entre le beatmaker, son équipe et le rappeur est incroyable. L’ambiance musicale est dantesque. Les prods sont faites pour Sch, à moins que ce ne soit l’inverse. 

Rappeur singulier

Sur A7, Sch est un mix entre la trap et le Cloud. Le sudiste avec son grain de voix unique et son flow saccadé utilise l’autotune avec une aisance que cela en devient presque une science. Plus encore, sa voix en devient un instrument qui se superpose à merveille aux instrumentales de ses producteurs. Enclin à souvent utiliser sa voix de tête, il parvient à transmettre ses émotions de manière pus qu’efficace.

Si la voix et le flow sont singuliers, le contenu des textes l’est encore plus. En effet, ceux ci sont un savant mélange d’assurances, d’insolence, de mélancolie et de franche introspection. La personnalité de Julien Schwarzer est complexe. Il a traversé des épreuves et subi des blessures qui ne se sont pas toutes refermées. La trahison, le deuil, une jeunesse loin de l’opulence, tous ces thèmes sont récurrents dans les couplets de « Gotze ». De plus, il agrémente tout cela de punchlines qui feront date dans l’histoire récente du rap hexagonal.

Au frais d’père et mère insolvables S’tape d’être intérimaire, insortable S’lever pour “1000 deux” c’est insultant!

Sch – “A7”

S’il s’est créé ce personnage, c’est peut être aussi pour parler de ses failles avec pudeur. Avec Sch, on ne sait jamais trop, si on est dans la réalité ou dans la fiction. De toute évidence, la frontière est mince. Il y a sûrement une part de schizophrénie chez Julien. Et c’est donc sûrement plus simple d’exister aux yeux de tous sous les traits du rappeur/mafioso. Une image qui est développée dans les clips de deux des gros sons de la mixtape que sont « A7 » et « Gomorra ».

Esthétique léchée 

D’ailleurs, c’est avec les clips de ces 2 morceaux que le visuel rejoint le concept évoqué plus haut. Pour le clip de « Gomorra », SCH est parti à la Scampia, la cité napolitaine. On y aperçoit le rappeur avec un survêtement du Bayern Munich en référence à ses racines allemandes. Mais aussi, avec un style vestimentaire et une dégaine plus près de la rockstar que du rappeur comme on le conçoit chez nous. La mise en scène est fortement inspirée de la série du même nom, entre règlements de compte et trafic illégaux. 

L’esthétique est encore plus poussée pour « A7 ». L’image y prend une importance encore plus grande. Les codes visuels utilisés ne sont pas ceux du rap à proprement parlé. Mais le but n’est pas de copier l’image des autres rappeurs français. Sch doit devenir un personnage à part qui en plus d’avoir un son unique doit se détacher visuellement de ces paires. Et sur ce point, la mission est impeccablement bien remplie. La finalité de tout ce processus entre une image et un son propres à Sch trouvera son apogée dans l’album concept JVLIVS.

Succès critique et commercial

Avec A7, Sch a connu un très gros succès, qui plus est pour une mixtape. Ce type de projet est plutôt par définition une succession de morceaux qui n’ont pas forcément de lien les uns avec les autres. Mais comme tout le projet a été mûrement réfléchi, A7 se rapproche plus d’un album que d’une mixtape de par sa cohérence globale. Et c’est peut être ce qui explique la réussite commerciale du disque. 12 000 ventes pour la première semaine d’exploitation et plus de 450 000 à ce jour, A7 aurait la médaille symbolique de “mixtape la plus vendue du rap français”. Alors qu’il a depuis sorti Deo Favente, Rooftop ou JVLIVS, A7 est Souvent cité comme le meilleur projet de Sch.

Un disque qui lui aura permis d’entrer a pleine vitesse sur l’autoroute du succès. Mais contrairement à l’autoroute A7, son impact aura été bien plus loin que Lyon.

2 réponses sur « Sch, A7: Entrée sur l’autoroute du succès »

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *